Salon virtuel du bâtiment : du 18 mars au 21 avril

Pour mieux construire votre avenir, il faut avoir toutes les informations en main. C’est pourquoi l’URMA Pays de la Loire vous invite à participer au salon virtuel du bâtiment. Pour découvrir les métiers du secteur et les avantages de l’apprentissage, pas besoin de vous inscrire ! Rendez-vous sur cybersalon.fr/construis-ton-avenir le jeudi 18 mars de 9h à 18h afin de dialoguer en direct avec nos conseillers !

Les métiers
Le secteur du bâtiment vous intéresse ? Venez découvrir comment vous former aux métiers de charpentier, menuisier fabricant ou installateur, carreleur, couvreur, installateur thermique, maçon, plâtrier-plaquiste, installateur sanitaire, électricien et peintre ! Grâce à l’apprentissage, vous aurez la chance d’apprendre en entreprise et en Centre de Formation pour développer votre savoir-faire et votre employabilité de manière concrète.

Les niveaux
Les formations en alternance proposées par l’URMA Pays de la Loire sont des CAP, des Mentions Complémentaires, des Bac Pro et des Brevet Professionnels. Tous les niveaux sont représentés afin de vous aider à concrétiser votre projet professionnel. Les ressources de l’URMA seront disponibles du 18 mars au 21 avril sur le cybersalon. Donc, n’hésitez pas à venir vous renseigner.

Un salon virtuel
Face au contexte sanitaire, le salon du bâtiment s’adapte pour mieux vous accueillir en toute sécurité. Pour ce faire, l’édition 2021 est hébergée sur une plateforme web innovante et devient virtuelle. Pourtant, ce cybersalon n’a rien à envier à un salon classique. Vous pourrez naviguer à travers des halls thématiques, assister à des conférences, et le jeudi 18 mars de 9h à 18h, échanger avec les développeurs de l’apprentissage de l’URMA Pays de la Loire. 

Rendez-vous sur www.urmapaysdelaloire.fr pour découvrir la formation en alternance.

 

Visite des ministres de la mobilité européenne à l’URMA

Le lundi 22 février 2021, l’URMA Loire Atlantique a reçu des invités de prestige afin de leur présenter l’engagement de l’apprentissage en matière de mobilité européenne et internationale.

Une visite officielle
Les secrétaires d’État, Clément Beaune, en charge des affaires européennes et Sarah El Haïry, en charge de la jeunesse et de l’engagement, ont fait la visite de l’URMA Loire Atlantique. Ils étaient accompagnés notamment par des représentants de la préfecture de Loire Atlantique et de la municipalité de Sainte-Luce-sur-Loire. Joël Fourny, Président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat des Pays de la Loire et CMA France, Philippe Bely, Président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Loire Atlantique, François Couillaud, Directeur de l’URMA 44, et Claire Morille, Directrice Territoriale Loire Atlantique, ont reçu la délégation ministérielle dans l’enceinte du Centre de Formation.

Un engagement pour la mobilité
Cette rencontre a permis à Joël Fourny de rappeler l’expérience de l’URMA Pays de la Loire dans le développement de la mobilité européenne et internationale, notamment à travers le programme Erasmus +. Le Président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat des Pays de la Loire a également présenté les ambitions futures pour les apprentis et les personnels de la formation professionnelle. Un levier essentiel pour le développement de compétences, et donc, l’intégration professionnelle des apprentis sur le territoire.

Des retours d’expérience
Les représentants de l’État ont pu échanger avec des apprentis et post-apprentis de l’URMA 44 ayant eu la chance de partir en stage pendant 15 jours à 6 mois en Irlande, au Royaume-Uni, en Italie, ou encore en Norvège. Leurs témoignages ont mis ces expériences en valeur dans leurs parcours professionnels, et les nouvelles perspectives qu’elles ont offertes. D’autres intervenants tels que Eudes Bastid, responsable de la mobilité au sein de la CMA Pays de la Loire, des professeurs et des maîtres d’apprentissage, ont aussi eu l’opportunité de partager leurs constatations quant à l’accompagnement des apprentis dans la réalisation de leur projet de mobilité, ainsi que de l’enrichissement de leurs cursus. Suite à cela, les secrétaires d’Etat et les représentants institutionnels ont pu visiter les laboratoires de boulangerie, pâtisserie, boucherie et charcuterie récemment rénovés dans le cadre du Programme d’Investissement d’Avenir et échanger avec des apprentis de l’URMA 44 évoluant dans ces secteurs. 

Rendez-vous sur www.urmapaysdelaloire.fr pour découvrir la formation en alternance.

L’URMA partenaire des Magasins U

Depuis la rentrée 2020, l’enseigne de grande distribution s’engage pour l’apprentissage des jeunes. En parallèle de leur CAP Boucher, les Magasins U recrutent les apprentis afin de leur offrir une perspective professionnelle riche. Destinée à s’ouvrir à différents métiers de bouche, cette volonté est donc tournée vers l’avenir. C’est pourquoi l’URMA des Pays de la Loire noue un partenariat avec le commerçant pour le soutenir dans sa démarche.

L’école de la nouvelle alimentation
Pour toujours mieux nourrir les consommateurs, les Magasins U sont convaincus que les jeunes ont un rôle à jouer. Aussi, l’enseigne souhaite leur faciliter l’accès aux métiers de bouche. Avec un CAP Boucher et un recrutement en magasin, elle leur permet de se doter de compétences solides complétées par une expérience en lien direct avec le terrain.

Partenaire pour l’apprentissage
Aujourd’hui, l’initiative des Magasins U est implantée à Paris, Lyon, Narbonne et également à Angers grâce à L’URMA des Pays de la Loire. Notre Centre de Formation de Maine-et-Loire est partenaire de l’enseigne afin que les jeunes puissent pratiquer le métier qui les passionne. Pour en savoir plus sur cet engagement, rendez-vous sur : www.nouvellealimentation.com

Rendez-vous sur www.urmapaysdelaloire.fr pour découvrir la formation en alternance.

Une prépa-apprentissage pour créer son avenir

Lancé en 2019, le dispositif prépa-apprentissage a été créé afin d’aider les jeunes à découvrir l’alternance et le monde de l’entreprise. Destinée à ceux qui ne sont pas encore tout à fait prêts à sauter le pas, cette prépa pas comme les autres permet déjà à de nombreux étudiants d’imaginer leur projet professionnel. Découvrons ensemble comment l’URMA concrétise cette expérience riche en enseignements. 

Se préparer pour mieux se lancer
L’Université Régionale des Métiers et de l’Artisanat des Pays de la Loire propose une pause utile. Parce que pour construire leur avenir, les jeunes ont parfois besoin de prendre du recul… Tout en étant dans le concret ! Cela peut paraître paradoxale, mais quand on a entre 16 et 29 ans, faire des expériences nourrit la réflexion. Aussi, il peut être intéressant de s’éloigner des chemins battus afin d’être mieux accompagné dans son choix d’orientation.

La prépa selon l’URMA des Pays de la Loire
4 parcours différents ont été conçus pour répondre aux besoins de chacun :

  • “Dans les starting-blocks” s’adresse à ceux qui ont choisi un métier, mais dont le projet professionnel reste encore flou. En 2 jours, il est possible de s’essayer aux techniques du métier et de préparer sa candidature.
  • “À vos marques” aide ceux qui ont choisi une formation à trouver une entreprise. Pendant 6 semaines, il est possible d’optimiser sa recherche et sa candidature, évaluer ses compétences, et commencer le travail en entreprise en validant son projet avec l’employeur. 
  • “Coup d’envoi” permet de prendre le temps de mûrir son projet professionnel. Ce parcours s’adresse à ceux qui ont choisi l’apprentissage mais n’ont pas encore trouvé leur voie. Pendant 9 mois, il est possible de tester des métiers, acquérir des savoirs, découvrir le monde du travail et valider son choix.
  • “Nouveau départ” offre l’opportunité de rebondir après la rupture d’un contrat d’apprentissage. Pendant une semaine, on comprend pourquoi ça n’a pas marché et on est accompagné pour choisir un nouveau métier ou une nouvelle entreprise.

Créer son avenir
La prépa-apprentissage se veut à l’opposé des idées reçues sur la prépa. Ici, les jeunes ne sont pas livrés à eux-même puisqu’ils sont coachés dans un cadre bienveillant. Ceci, parce que nous sommes convaincus que leur épanouissement est la clé de leur réussite. Alors, si vous souhaitez découvrir les savoir-faire de l’artisanat avec une vision concrète des métiers, rendez-vous sur : www.prepa-apprentissage-urmapdl.fr

Rendez-vous sur www.urmapaysdelaloire.fr pour découvrir la formation en alternance.

La semaine de l’apprentissage : du 29 janvier au 5 février 2021

Parce que l’artisanat est la première entreprise de France, c’est aussi le premier recruteur ! Voilà pourquoi les Chambres des Métiers de l’Artisanat et celle du Commerce et de l’Industrie organisent la semaine de l’apprentissage. Afin d’aider les jeunes à trouver une orientation et les entreprises de recruter des apprentis, des événements ont lieu dans toute la France.

L’apprentissage à l’honneur
Malgré le contexte sanitaire, l’artisanat continue de recruter ! Avec une progression de 4% de ses effectifs en 2020, le secteur a toujours le vent en poupe et cherche de nouveaux talents à former. Encore faut-il séduire les jeunes lors de leur orientation, et c’est là que l’alternance intervient. Cette formation professionnalisante leur offre de nombreux avantages : donner du sens à leur projet, apprendre un métier, être guidé… Pour leur faire savoir, l’apprentissage est mis à l’honneur dans les 112 CFP de France du 29 janvier au 5 février 2021. Bien entendu, les Centres de Formation de l’URMA des Pays de la Loire y participent.

Un engagement pour l’artisanat
Les missions de la semaine de l’apprentissage sont essentielles à toutes les entreprises de l’artisanat. En informant les jeunes, cet événement leur permet d’avoir toutes les informations pour choisir leur orientation de manière éclairée. Ainsi, cela apporte un nouvel éclairage sur les métiers de l’artisanat, et donc, de valoriser leur image ! Les enjeux sont donc de taille, c’est pourquoi nous invitons les entreprises comme les futurs apprentis à s’y rendre. 

Inscrivez-vous !
Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site des Chambres des Métiers de l’Artisanat ou de la Chambre du Commerce et de l’Industrie.

Rendez-vous sur www.urmapaysdelaloire.fr pour découvrir la formation en alternance.

Mobilité : création d’un Centre de Formation au Bénin

Face aux difficultés rencontrées par les mécaniciens béninois, l’URMA Vendée s’est mobilisée pour construire un Centre de Formation à Lokossa. Aujourd’hui, ils peuvent profiter de toutes les ressources et formations dont ils ont besoin pour intervenir sur des véhicules récents. Ce projet de mobilité a été mené par Jérémie Jolly, professeur à l’URMA Vendée, et Placide Gnassounou, conseiller services aux entreprises de la CMA 85.

La genèse du projet
L’initiative est le fruit d’une rencontre en Vendée en 2012 entre Philippe Seguin, Directeur Territorial de la CMA 85, et Dakpè Sossou, maire de Lokossa à l’époque, et aujourd’hui député deuxième secrétaire parlementaire à l’assemblée nationale du Bénin. Face au besoin de formation des mécaniciens béninois, le projet de création d’un Centre de Ressources et de Formations apparaît comme la solution idéale pour leur permettre de monter en compétence. En effet, leurs difficultés pour réparer des véhicules récents sont de plus en plus importantes, et cela est dû à une absence de formation continue.

Les acteurs du projet
La création du centre a nécessité la mobilisation de plusieurs acteurs. Avec le soutien du conseil régional et du conseil départemental, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat des Pays de la Loire, ainsi que la municipalité de Lokossa, les organisations professionnelles béninoises, et le ministère de la formation technique et professionnelle ont créé un partenariat ambitieux. Ce sont Jérémie Jolly, professeur à l’URMA Vendée, et Placide Gnassounou, responsable du développement économique de la CMA 85, qui relèvent ce défi.

 

‟C’est une expérience unique, enrichissante tant professionnellement qu’humainement et culturellement. Permettre à nos jeunes ligériens de la vivre, c’est aussi valoriser mon enseignement, lui donner du sens !”
Jérémie Jolly

 

Un projet mené à bien
Aujourd’hui, l’objectif est atteint puisque le centre est fonctionnel et des formations ont lieu régulièrement. À ce jour, l’objectif visé est l’établissement d’une progression technique et professionnelle, en coordination avec les organisations professionnelles et les différents ministères. Demain, nous espérons que cette progression sera reconnue et validée par une certification !

Rendez-vous sur www.urmapaysdelaloire.fr pour découvrir la formation en alternance.

Témoignage : l’apprentissage en Finlande de Mathieu Vallet

L’alternance ouvre des portes aux élèves… Et parfois même, des frontières ! C’est l’expérience qu’a vécu Mathieu Vallet, apprenti de 23 ans en BTMS Ebénisterie à Sainte-Luce-sur-Loire. Il a posé ses valises et ses outils à Helsinki en Finlande pour travailler dans une entreprise locale. Riche en enseignements et en rencontres, son voyage lui a ouvert un nouvel horizon professionnel. Alors, découvrez son témoignage !

Quel est ton parcours ?
“J’ai commencé mes études dans le secteur de l’ébénisterie à Tours, puis je suis passé à la sculpture sur bois en Normandie à l’Aigle. Enfin, j’ai terminé par le BTMS Ebénisterie à Sainte-Luce-sur-Loire. Mon père étant métallier, j’ai pu fabriquer divers projets en parallèle dans son atelier. Je me suis donc passionné pour le métal. Cela m’a servi pour arriver là où je me trouve actuellement.”

Comment est né ton projet de mobilité à l’étranger ?
“Bien avant le BTMS, j’avais déjà cette envie de découvrir d’autres choses. Et Cathy Violin, la référente Mobilité de l’URMA Loire-Atlantique, a demandé aux élèves de ma classe s’ils étaient intéressés par un projet de mobilité. Je me suis donc inscrit et je m’y suis tenu. Pendant mes recherches d’entreprise, je discutais avec une amie de ce projet et elle m’a raconté son stage en Finlande. Son histoire m’a beaucoup plu, l’entreprise paraissait vraiment intéressante et correspondait à mes attentes. J’ai donc pris contact avec celle-ci.” 

Quelle est l’activité de cette entreprise ?
“Elle se nomme Paja&Bureau et se situe à Helsinki en Finlande. C’est une entreprise de métallerie dans le secteur de la création de mobilier, d’objets et d’aménagements d’espaces contemporains. Son champ d’activité est vaste. Il commence par l’élaboration de projets entiers, avec la gestion de la relation clients, le design de projets, le dessin. Cela continue avec la fabrication de projets et la découpe des profils, la soudure, les finitions (huilés, peints concernant le métal). Enfin, il se termine par l’installation des projets seul ou en équipe, la livraison, l’approvisionnement de matériaux seul ou en équipe. Les projets comportant du bois m’étaient souvent attribués.”

Comment ça s’est passé pour toi ?
“Je pense être assez ouvert aux autres, donc les rencontres n’ont pas été très compliquées. À cause de la COVID 19, les premiers mois ont été un peu étranges, mais très bons dans l’ensemble. Mes employeurs ont été très présents dès le début, et nous nous sommes très bien entendus. Ils m’ont accompagné et conseillé sur beaucoup de choses. Dans un premier temps, ils m’ont fait découvrir le pays. Puis, j’ai fait la connaissance d’autres personnes (finlandaises ou d’autres nationalités). Donc, j’ai construit mon « réseau » de connaissances et d’amis, via des groupes divers sur les réseaux sociaux, ou encore dans la ville, les expositions, les bars…”

Qu’est-ce que tu retiens de cette expérience ?
“La confiance immédiate que mes employeurs m’ont accordée, humainement comme professionnellement. Cela m’a mis dans de bonnes conditions pour travailler.”

Qu’est-ce que tu en as tiré ?
“Pour moi, vivre cette expérience donne un gros gain de confiance en soi. Même si cela paraissait stressant, j’ai réussi à franchir le cap. Ce voyage a forgé mes relations sociales alors que je n’avais plus de repères, ou très peu. Donc, il faut se les fabriquer soi-même et cela passe par la rencontre avec des gens sur place.”

Quelles sont tes perspectives ?
“L’opportunité de poursuivre en étant employé dans cette structure était belle, donc je l’ai saisie. Cependant, je ne me projette pas sur le long terme pour le moment. Disons que sur les deux prochaines années, je me vois encore en Finlande. Et ensuite, qui vivra verra !”

Que dirais-tu à quelqu’un qui hésite à sauter le pas ?
“Cette expérience est très enrichissante en tout point. C’est idéal pour ceux qui ont soif de voyage, mais hésitent encore à partir. En plus, le Centre de Formation aide dans toutes les démarches administratives, professionnelles, et bien sûr, pour le soutien financier.”

Rendez-vous sur www.urmapaysdelaloire.fr pour découvrir la formation en alternance.

Esthétique cosmétique parfumerie : prenez soin de votre avenir

Certains négligent leur bien-être en faisant le métier que leurs parents ont choisi pour eux… Alors, plutôt que d’y laisser votre peau, occupez-vous de celle des autres avec la formation esthétique cosmétique parfumerie en alternance. Vous voulez être mis au parfum ? Lisez la suite !

Travailler en beauté
Les jeunes cadres dynamiques sont toujours plus individualistes de nos jours. Alors, préférez plutôt un métier qui met le contact humain au cœur de son savoir-faire. L’esthéticienne est une spécialiste des soins du visage et du corps. Elle propose des épilations, des massages, des modelages, des gommages ou des manucures à une clientèle majoritairement féminine. Mais les hommes sont de plus en plus demandeurs. Que ce soit en institut ou au domicile de vos clients, vous révélez la beauté de toutes et tous.

Le métier dans la peau
Avec la pression que génère beaucoup de professions, les collaborateurs sont toujours à fleur de peau. Quant à vous, vous êtes capable d’identifier les besoins de chacun en fonction de leur type de peau. Toujours à l’écoute, vous mettez à l’aise vos clients pour leur offrir un moment agréable et les fidéliser. Naturellement, vos conseils sont très précieux en matière de produits cosmétiques et de beauté. Enfin, vous proposez des soins adaptés à chaque personne qui passe entre vos mains.

L’échappée belle
Tandis que d’autres font des pieds et des mains pour évoluer au sein de leur entreprise, vous êtes maître de votre destin. Vous pouvez commencer votre carrière en tant que salarié dans un institut, un spa, une parapharmacie ou une parfumerie. Et avec quelques années d’expérience, vous pouvez vous spécialiser dans des domaines précis de la beauté. Bien entendu, il est possible de créer sa propre entreprise.

Découvrez les différentes formations d’Esthétique cosmétique parfumerie dans nos centres de, Laval et La Roche-sur-Yon. Rendez-vous sur www.urmapaysdelaloire.fr pour tout savoir.

Charcutier traiteur : tout est bon dans l’alternance !

À mi-chemin entre les métiers de boucher et de cuisinier, il existe un savoir-faire traditionnel destiné à ceux qui ne veulent pas être enfermés dans une seule case. Alors, si regarder un ordinateur pendant toute votre carrière vous semble trop monotone, savourez votre quotidien avec la formation charcutier traiteur en alternance. Envie d’avoir un avant-goût ?

Du tout cuit pour les gourmands !
Certains se contentent d’un métier alimentaire après leurs études… Alors qu’il est possible d’en faire son métier ! Gardien d’un certain art culinaire, le charcutier traiteur réalise de nombreuses spécialités à base de porc ou de volaille, et des recettes chaudes ou froides, afin de les vendre à ses clients. Que ce soit en boutique, en supermarché ou dans l’industrie agroalimentaire, vous savez découper la viande, et maîtrisez les méthodes de cuisson et de conservation. Broyeur, fumoir et mélangeur sont les outils dont vous disposez pour élaborer vos produits.

Un vrai cordon bleu
Quand les journées aux bureaux commencent à toutes se ressembler, le moral tourne en eau de boudin. Mais en tant que charcutier traiteur, vous avez une recette pour garder le sourire pour vos clients. En effet, vous aimez le commerce et le contact humain, mais vous êtes aussi rigoureux et travailleur ! Parce qu’il faut avoir plus que des qualités gustatives pour pratiquer ce métier, vous avez besoin de connaître les règles d’hygiène sur le bout des doigts. Donc, vous travaillez debout et dans le froid afin de préserver la qualité des produits. De plus, vous subissez des périodes de forte activité, notamment pendant les fêtes.

Savoir varier les plaisirs
Dans certaines professions très prisées, il faut jouer les durs à cuire pour évoluer. Avec le métier de charcutier traiteur, c’est une toute autre cuisine. Par exemple, si vous commencez à travailler dans l’agroalimentaire, il est tout à fait possible de revenir dans une boutique traditionnelle, et inversement. Bien entendu, vous pouvez créer votre propre entreprise avec quelques années d’expérience. Dans la grande distribution, vous serez peut-être amené à gérer une équipe ou vous orienter vers d’autres services.

Découvrez les différentes formations de charcutier traiteur dans nos centres d’Angers, Laval, La Roche-sur-Yon, Sainte-Luce-sur-Loire et Le Mans. Rendez-vous sur www.urmapaysdelaloire.fr pour tout savoir.

Devenir boulanger : l’aventure de l’apprentissage de Louna

Se lever au petit matin pour pétrir et cuire de belles baguettes, c’est le quotidien que Louna a choisi de vivre en apprentissage dans une boulangerie nantaise. Plutôt que de se languir en suivant des études longues comme un jour sans pain, elle a décidé de s’engager dans une formation professionnalisante et délicieuse. Pour vous, elle raconte son expérience de l’apprentissage et ce qu’elle en retire aujourd’hui !

Du pain bénit pour Louna !
Se lever aux aurores n’est pas un problème pour Louna. Surtout depuis qu’elle est en CAP Boulanger et partage son temps entre les cours et la boutique. C’était un peu difficile au début, nous confie-t-elle, mais la passion du métier la motive à sortir du lit chaque matin. Elle préfère largement être derrière les fourneaux que de s’ennuyer dans un amphi. Ainsi, Louna a la conviction qu’elle fait quelque chose de bon pour la société… de bon et de croustillant !

Bon, comme du bon pain !
Dans l’arrière boutique, Louna a toujours du pain sur la planche. On est très loin du bullshit job ! Baguettes, pains complets, au son, au seigle ou viennoiseries… Elle estime que pour faire ce métier, il faut être habile de ses mains, mais aussi être rigoureux, avoir un sens de la présentation pour donner envie, et aimer le contact humain afin de fidéliser la clientèle.

Ce qu’il faut savoir pour ne pas être dans le pétrin
En plus des horaires décalés et de la chaleur des fours, Louna nous prévient que le métier de boulanger demande une bonne condition physique. Elle concède qu’elle n’a eu aucun mal à trouver un maître d’apprentissage. Son projet professionnel et ses objectifs étaient très clairs dans sa tête. Cela l’a beaucoup aidé à démontrer sa motivation. Alors, si vous avez envie de vivre une expérience riche en saveurs, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Découvrez les différentes formations de boulanger dans nos centres d’Angers, Laval, La Roche-sur-Yon, Sainte-Luce-sur-Loire et Le Mans. Rendez-vous sur www.urmapaysdelaloire.fr pour tout savoir.