Le Centre de Formation, une ressource pour l’apprenti

L’apprentissage plonge les jeunes dans le monde de l’entreprise. Ici, tout ne se résume pas à un simple de stage de fin d’étude de quelques semaines. Il faut être recruté au préalable pour s’engager dans cette formation. Cela permet aux apprenants de savoir immédiatement s’ils ont fait le bon choix d’orientation. Même si cette modalité d’enseignement favorise l’acquisition d’un savoir-faire artisanal de la meilleure façon, elle n’en reste pas moins radicale dans son approche. Fort heureusement, les Centres de Formation de l’URMA des Pays de la Loire préservent le lien avec l’école. Ainsi, les apprentis conservent leurs repères et sont soutenus par nos enseignants et personnels tout au long de leur formation. Ces derniers répondent aux questions, fixent des objectifs et lèvent les doutes. Enfin, l’enseignement théorique prodigué a un rôle important. Car les notions apprises en cours sont mises immédiatement en pratique sur le terrain.

Un pied en entreprise, l’autre à l’école
L’apprentissage est la formation la plus professionnalisante qui soit à l’heure actuelle. Pour ce faire, les jeunes sont immergés dans le monde du travail dès le début de leur cursus. Mais afin de leur offrir une transition progressive entre leur vie d’écolier et d’actif, les Centres de Formation de l’URMA des Pays de la Loire ont un rôle crucial à jouer. Parce que les apprentis doivent travailler avec des adultes dès l’âge de 16 ans, ils perdent leurs repères. En effet, ils renoncent aux avantages de l’univers scolaire, tels que les vacances, pour devenir de véritables salariés. Donc, revenir dans une salle de classe une semaine sur trois leur permet de souffler, de prendre du recul, et de faire le point sur leur projet professionnel. Cependant, leur courage et leur motivation sont à souligner, car ils doivent répondre aux attentes de leur entreprise et de leurs enseignants avec la même implication.

“Aujourd’hui on sait que pour bien faire de ses mains il faut une tête bien faite.”

Le soutien des enseignants
En règle générale, un jeune qui entre en apprentissage traverse une période de doute dans les premières semaines. C’est bien normal puisqu’il découvre la réalité du métier qu’il a choisi. Plus d’idéalisation possible, le quotidien en entreprise lui montre les côtés positifs et négatifs sans faux-semblant. Et c’est là que le rôle des personnels des Centres de Formation de l’URMA des Pays de la Loire est très important. Les enseignants n’ont pas seulement une mission de transmission des savoirs. Ils sont également présents afin de répondre aux questionnements. En fonction des situations, un apprenti peut être conforté dans son choix, ou avoir envie de se réorienter. Si cette dernière option est envisagée, ce dernier n’aura pas attendu de faire 5 ans d’étude pour réaliser qu’il s’est trompé de voie. Enfin, les enseignants n’étant pas issus de l’éducation nationale, et ayant souvent travaillé dans le privé, possèdent une ouverture d’esprit différente et sont mieux à même de satisfaire les besoins des apprenants.

La théorie en appuie de la pratique
Dans la plupart des spécialités, un apprenti passe trois semaines sur quatre en entreprise. Donc, 80% de son temps est consacré à la pratique. Mais il obtient le même diplôme qu’un jeune en formation continue et passe les mêmes épreuves. Si l’apprenti a beaucoup moins de temps pour les préparer, il est cependant bien plus efficace car il conjugue la théorie avec la pratique. En effet, toutes les notions apprises en classe sont appliquées sur le terrain dès le lendemain. Et pour apprendre un métier manuel tout en prenant de la vitesse, il n’y a rien de mieux que de s’y exercer concrètement. Les Centres de Formation de l’URMA des Pays de la Loire sont donc une ressource pour lui, puisqu’il peut y puiser des connaissances et mieux les comprendre en entreprise. Ainsi, nous sommes persuadés que l’apprentissage, par nature, est la meilleure façon de favoriser son épanouissement et de garantir sa réussite professionnelle.

Rendez-vous sur www.urmapaysdelaloire.fr pour découvrir la formation en alternance.

La motivation au cœur du projet professionnel

Pourquoi tant d’élèves souhaitent quitter le collège dès l’âge de 16 ans ? Mauvais résultats scolaires, manque d’intérêt pour les matières, incapacité à rester assis sur une chaise 8 heures par jour… Ces raisons peuvent parfois se vérifier pour les uns, mais pas pour tous. D’ailleurs, elles représentent autant d’aprioris qui tendent à disparaître dans l’esprit des parents, mais restent ancrés dans l’éducation nationale. Alors, comment expliquer que les apprentis sont si motivés pour entrer dans le monde du travail ? Dans les Centres de Formation de l’URMA des Pays de la Loire, nous sommes persuadés qu’ils sont séduits par les bienfaits de l’apprentissage. De fait, cette modalité d’enseignement permet à chacun d’exprimer son potentiel sur le terrain de manière concrète. Aux côtés de l’équipe, l’apprenti est un salarié comme un autre. Celui-ci fait une croix sur les avantages de l’univers scolaire afin d’accomplir un projet professionnel qui lui appartient.

Un salarié comme les autres
Pour se lancer en apprentissage, il faut être recruté par une entreprise. C’est une condition sine qua non ! Parce qu’une fois le contrat signé avec son employeur, l’apprenti est intégré au sein de l’équipe et fait partie de l’effectif. Bien entendu, on ne lui demande pas de réaliser les mêmes tâches. Il est formé afin de perfectionner ses gestes et de gagner en vitesse d’exécution. Mais le maître d’apprentissage attend de lui des résultats ! Et seuls sa motivation et son investissement personnel lui permettront de progresser. Pour sa peine, l’apprenti touche un vrai salaire. Cela représente une réelle récompense, même si l’important n’est pas là ! En effet, cette entrée dans la vie active concrétise un projet professionnel mûrement réfléchi. Celui-ci peut évoluer au fil du temps pour mieux se conformer à la réalité du monde de l’entreprise.

“Aujourd’hui on sait que la voie de la facilité n’est pas celle que l’on croit.”

Un lien avec l’école
Il ne faut pas se le cacher. Les premières semaines d’apprentissage sont critiques pour un jeune. La transition entre le collège et l’entreprise peut se révéler brutale, surtout quand on a 16 ans. On perd ses repères et les vacances scolaires pour relever des enjeux professionnels aux côtés des adultes. Encore une fois, c’est la motivation qui permet à l’apprenti de passer ce cap. Mais les professeurs et les personnels de l’URMA des Pays de la Loire sont également là pour soutenir en cas de doute et répondre aux interrogations. Dans le Centre de Formation, l’apprenant conserve un lien avec l’univers scolaire afin d’acquérir les notions essentielles dont il a besoin pour obtenir le diplôme. De plus, cela lui est bénéfique parce qu’il n’est pas encore un professionnel aguerri. Il peut ainsi prendre du recul par rapport à son travail pour mieux le mettre en perspective avec son projet.

Une réussite méritée
L’apprentissage est la formation la plus professionnalisante qui soit à l’heure actuelle. Parce que l’apprenti est plongé dans le quotidien de son métier, il apprend par lui-même. Avec son maître d’apprentissage et ses professeurs pour l’épauler, il se perfectionne grâce à son travail. Quand il prend conscience qu’il a de l’or entre les mains, la motivation qui l’habite est décuplée. En bref, il doit sa réussite en partie à ceux qui le soutiennent, mais avant tout à sa propre personne. Et cette logique est valable quelle que soit la spécialité choisie. Boulangerie, restauration, BTP, boucherie, métiers d’art, coiffure, mécanique automobile… Tous ces métiers mettent l’humain au centre du savoir-faire. C’est donc bien normal que la motivation soit au cœur du projet professionnel. D’ailleurs, 9 apprentis sur 10 trouvent un emploi à la fin de leur cursus. Donc, pour former des professionnels accomplis, l’apprentissage n’a plus rien à prouver depuis longtemps.

Rendez-vous sur www.urmapaysdelaloire.fr pour découvrir la formation en alternance.

Multiplier les expériences pendant le cursus

Pour se lancer en apprentissage, il faut être recruté par une entreprise. C’est la condition sine qua non. Alors que dans d’autres filières d’étude, les jeunes sont au contact du terrain seulement le temps de courts stages, l’alternance plonge les apprentis dans le monde du travail dès le départ. Et chaque nouvelle année offre la possibilité de changer d’employeur afin de découvrir de nouvelles façons de faire ! Parce que la pratique est au cœur du cursus, dans les Centres de Formation de l’URMA des Pays de la Loire, nous conseillons fortement aux apprenants de varier leurs expériences. En effet, nous sommes convaincus qu’en plus de devenir des professionnels accomplis à la fin de leur formation, cela leur permet de développer un réseau solide sur lequel s’appuyer tout au long de leur carrière.

Autant de savoir-faire que d’entreprises
Quand un jeune issu d’une filière classique entre sur le marché du travail, c’est souvent la douche froide. N’ayant eu le loisir de découvrir son métier qu’à travers quelques stages, il a encore besoin d’être formé pour devenir opérationnel sur son poste… C’est exactement l’inverse qui se passe avec les apprentis. Pendant toute la durée de leurs études, ils ont multiplié les expériences dans différentes entreprises. En travaillant aux côtés de plusieurs équipes, ils ont pu apprendre une multitude de savoir-faire et autant de façons de faire. Boulangerie, restauration, BTP, boucherie, métiers d’art, coiffure, mécanique automobile… Cette logique est valable quelle que soit l’orientation choisie ! C’est bien grâce à cela que l’apprentissage est la formation la plus professionnalisante qui soit à l’heure actuelle.

“Aujourd’hui on sait que pour bien faire de ses mains il faut une tête bien faite.”

Parfaire les gestes du métier
L’exercice de la pratique est au cœur de l’apprentissage. C’est même l’une de ses plus grandes forces. En se faisant la main et en prenant de la vitesse d’exécution, les apprentis découvrent leur potentiel sur le terrain. Tous les artisans plébiscitent cette modalité d’enseignement car il n’y a tout simplement pas d’autre moyen pour acquérir un savoir-faire convenablement. Cela donne envie aux jeunes d’aller toujours plus loin. Afin de compléter leurs compétences, se former auprès de plusieurs maîtres d’apprentissage est la meilleure manière d’y arriver. Ainsi, ils peuvent être certains de devenir des professionnels accomplis à la fin de leur cursus. De fait, les apprentis cumulent des expériences aussi diverses que variées. Et en définitive, leurs perspectives d’avenir s’ouvrent en grand.

La force du réseau
Multiplier les expériences dans plusieurs entreprises est extrêmement utile pour développer son savoir-faire, mais pas uniquement. Cela contribue également à enrichir son savoir-être. En effet, chaque nouveau contrat offre la possibilité de faire de nouvelles rencontres professionnelles. En discutant avec des gens ayant eu des parcours différents et venant d’horizons variés, cela apporte une certaine ouverture d’esprit. En bref, les jeunes grandissent à leur contact. De plus, avec les années, ces personnes peuvent être utiles aux apprentis et leur offrir des opportunités de carrière. C’est ce qu’on appelle le réseau professionnel et l’apprentissage permet de créer celui-ci pendant les études. Nombreux sont les apprentis qui ont pu vivre de belles aventures professionnelles grâce à leur réseau, et parfois même, reprendre l’entreprise de leur ancien patron.

Rendez-vous sur www.urmapaysdelaloire.fr pour découvrir la formation en alternance.

L’importance de la transmission des savoir-faire

Tandis que certains sont cantonnés à la photocopieuse pendant leur stage de fin d’étude, d’autres intègrent un savoir-faire tout au long de leur cursus. C’est la grande force de l’apprentissage ! En confrontant les jeunes au monde du travail dès le départ, la transmission des gestes du métier est grandement favorisée. De fait, l’alternance est la formation la plus professionnalisante qui soit. Et ce n’est pas pour rien que cette modalité d’enseignement est plébiscitée par tous les professionnels de l’artisanat. En recrutant des apprentis, ces derniers trouvent un moyen de former une nouvelle génération d’artisans. Celle qui sera à même de reprendre leurs entreprises demain ! C’est pourquoi il est important de considérer cette voie de manière objective. Parce qu’elle permet d’offrir de nombreuses opportunités à ceux qui savent les saisir, dans les Centre de Formation de l’URMA des Pays de la Loire, nous sommes persuadés de son bien-fondé.

Savoir bien faire
Quelle que soit l’orientation choisie, pour intégrer un cursus en alternance, il faut être recruté par une entreprise. C’est la condition sine qua non. Donc, un jeune qui souhaite se lancer en apprentissage doit avoir déjà un projet professionnel en tête pour démontrer sa motivation auprès des chefs d’entreprise. En affichant sa volonté de réussir, l’apprenti prouve également qu’il est prêt à recevoir l’enseignement de son maître d’apprentissage. Et de cette manière, la transmission des savoir-faire est favorisée. Car pour apprendre un métier manuel, il n’y a pas d’autres façons de s’y prendre ! Aux côtés des autres salariés sur le terrain au quotidien, l’apprenti se fait la main tout en gagnant de la vitesse. Ainsi, il peut être certain de devenir un professionnel accompli à la fin de son cursus.

“Aujourd’hui on sait que pour bien faire de ses mains il faut une tête bien faite.”

Préserver les techniques
L’apprenti retire un bénéfice de son travail. Et celui-ci n’est pas uniquement financier. Quant à lui, le maître d’apprentissage y trouve son compte également… Et pas uniquement d’un point de vue business. En effet, l’artisanat à longtemps souffert d’une mauvaise image par le passé. Donc, de nombreux métiers sont tombés en désuétude et des savoir-faire se perdent petit à petit. La mécanique automobile, la boucherie, la charcuterie, le BTP… La transmission permise par l’apprentissage représente pour les chefs d’entreprise un excellent moyen de former leurs futurs salariés. En plus de leur inculquer leurs techniques, ils garantissent un avenir à leur entreprise. Car, quand ils partiront à la retraite, ils seront certains de trouver un repreneur.

Saisir les opportunités
En définitive, l’apprentissage permet de mettre en place un système fondé sur la méritocratie. En plus de favoriser la transmission des savoir-faire, cette voie offre de nombreuses opportunités pour trouver un emploi, mais aussi pour devenir patron. La preuve : parce qu’ils n’ont pas besoin de formation supplémentaire à la fin de leur cursus, 9 apprentis sur 10 trouvent un emploi suite à leur contrat. Et avec quelques années d’expérience et un peu de volonté, ils peuvent reprendre ou créer une entreprise. Cela peut arriver de façon assez rapide dans leur carrière, car le secteur de l’artisanat est extrêmement porteur. Boulangerie, pâtisserie, coiffure, restauration, métiers d’art… Tous les savoir-faire peuvent se transmettre. Il suffit de trouver sa passion pour en faire un métier.

Rendez-vous sur www.urmapaysdelaloire.fr pour découvrir la formation en alternance.

L’apprentissage est bien plus qu’une orientation

Que représente l’apprentissage dans l’offre de formation ? Au-delà des préjugés, il est important de s’interroger sur la mission principale de cette filière. Car à quoi bon proposer une voie supplémentaire si cette dernière est sans issue ? C’est bien parce qu’elle répond à un besoin précis que celle-ci est plébiscitée dans l’artisanat. Et si elle rencontre un succès toujours plus grand depuis des années, c’est que les apprentis y trouvent bien plus qu’une simple orientation. En effet, les métiers manuels ne font pas leur retour. Maintenant, ils sont présentés de manière objective par les personnels de l’URMA des Pays de la Loire. Par conséquent, des vocations naissent naturellement, et des savoir-faire se développent grâce à une modalité d’enseignement dédiée à la pratique en entreprise. Donc, posons-nous la question. Et si l’apprentissage n’était tout simplement pas un moyen de favoriser l’épanouissement professionnel des jeunes ?

Un choix de métier
Il n’y a rien de plus beau que de voir naître une vocation. Quand un projet professionnel se dessine dans la tête d’un jeune, on peut être certain que son avenir est en bonne voie. Sur les salons, les forums et les réunions dans les collèges, c’est l’unique objectif des personnels de l’URMA des Pays de la Loire. Faire découvrir une filière d’orientation différente permettant d’accéder aux métiers de l’artisanat. En délivrant les informations dont les élèves ont besoin pour faire un choix d’orientation, certains d’entre eux se découvrent une passion. Ces derniers s’engagent alors dans l’apprentissage par choix, et ce, en connaissance de cause. En devenant salariés, ils savent qu’ils vont devoir entrer dans le monde de l’entreprise et laisser de côté les avantages de la vie scolaire. Leur but étant pour eux de développer un savoir-faire en pratiquant sur le terrain, et de répondre à leur besoin d’accomplissement.

“Aujourd’hui on sait que la voie de la facilité n’est pas celle que l’on croit.”

Un enseignement dédié à la pratique
L’apprentissage est la formation la plus professionnalisante qui soit, parce qu’elle met en avant la pratique. De fait, cette modalité d’enseignement permet d’accéder à une typologie de métiers précise. Ces derniers sont très variés et font partie de la grande famille de l’artisanat. Fleuriste, pâtissier, restaurateur, coiffeur, ébéniste, mécanicien… Pour apprendre ces savoir-faire de la meilleure manière, il n’y a pas de meilleur moyen. C’est pourquoi l’apprentissage est plébiscité par les artisans, qui viennent eux-même de cette filière d’étude dans une écrasante majorité. Parce que la transmission du geste technique et de la vitesse d’exécution est au cœur de l’enseignement, la réussite professionnelle d’un jeune est favorisée grâce à un échange de bons procédés. Pendant que l’apprenti se fait la main sur le terrain, le maître d’apprentissage profite d’une main d’œuvre en voie de qualification.

Une voie d’excellence
Pendant 3, 4, voire 5 ans, les apprentis perfectionnent leur savoir-faire et complètent leurs compétences en intégrant plusieurs entreprises. Et quelle que soit leur spécialité, cela leur apporte un sérieux avantage quand ils arrivent sur le marché de l’emploi. Pourquoi ? Parce qu’au-delà de leur profil rassurant pour les chefs d’entreprise, ils ont trouvé comment s’épanouir au niveau professionnel. Et ça se voit ! Même s’ils ne sont pas recrutés pendant leur formation, ces jeunes développent une confiance en leurs capacités certaine, sans pour autant devenir arrogants. Comme le dit l’adage, c’est en forgeant qu’ils deviennent forgerons. Ils savent qu’ils doivent leur réussite à leur motivation, leur engagement et au soutien de leurs mentors. En bref, ils ont de l’or entre les mains, mais ne sont pas avares pour en faire profiter les autres. C’est ainsi qu’ils trouvent bien plus qu’une orientation au sein de l’apprentissage.

Rendez-vous sur www.urmapaysdelaloire.fr pour découvrir la formation en alternance.

Le rôle des parents dans l’apprentissage

Quand vient le moment de l’orientation, les jeunes sont parfois un peu perdus. Par manque d’information la plupart du temps, mais parfois aussi par manque de soutien. En effet, les parents ont un rôle important à jouer pendant cette période délicate pour leur enfant, et ô combien compliquée à gérer avec leur vision d’adulte. Parce qu’il est très facile de penser que leur parcours personnel va encore fonctionner aujourd’hui, certains mettent aveuglément la filière générale au premier plan. Mais ceux qui s’investissent un peu plus comprennent qu’il faut accompagner sans imposer. Dans les Centres de Formation de l’URMA des Pays de la Loire, c’est le message que nos personnels font passer au quotidien. Dès le début de l’apprentissage, les parents doivent prendre conscience qu’il est nécessaire pour eux d’être présents pendant la formation. Ceci, afin de soutenir dans les premières semaines, mais également tout au long du cursus. C’est ainsi que l’épanouissement professionnel de leur enfant est favorisé.

Des référents pour l’apprenti
Les jeunes ne sont pas lâchés dans le monde l’entreprise sans soutien. C’est la force de l’apprentissage. Quand certains découvrent leur métier lors du stage de fin d’étude, les apprentis le pratiquent dès le début de leur cursus. Pour les aider, ils peuvent compter sur plusieurs référents. Tout d’abord leurs professeurs et le maître d’apprentissage, mais également leurs parents ! Et quand ce triptyque est bien équilibré, la formation de l’apprenti se construit sur des fondations solides, lui garantissant de trouver ses repères. Donc, l’engagement des parents est très concret. D’autant plus qu’ils sont signataires du contrat de travail de leur enfant quand celui-ci est mineur. De fait, leur rôle est loin d’être symbolique. Leur implication est cruciale pour assurer la réussite et l’épanouissement professionnel de l’apprenti. Et ceux-ci s’en rendent compte dès les premiers jours.

“Aujourd’hui on sait que la voie de la facilité n’est pas celle que l’on croit.”

Un soutien dans les premières semaines
L’apprentissage est la formation la plus professionnalisante qui soit à l’heure actuelle, et c’est aussi grâce aux parents. Parce que ces derniers signent le contrat de travail, ils sont présents aux côtés de leur enfant dès le début. Dans les premières semaines, leur fonction est essentielle parce que l’apprenti traverse généralement une période de doute. Celui-ci abandonne les avantages de l’univers scolaire pour se lancer dans l’inconnu. Il découvre le monde de l’entreprise et ses codes. En bref, il doit intégrer un nouveau mode de fonctionnement propre aux adultes… Et ce n’est pas toujours facile quand on a 16 ans. Avec de l’écoute et du soutien, les parents peuvent l’aider à trouver les réponses et les ressources dont il a besoin pour avancer. Résultat : soit son choix d’orientation est conforté, soit il peut rebondir sans attendre de faire plusieurs années d’études.

Un accompagnement sur la durée
L’apprentissage a ceci de particulier que le jeune est confronté à son choix d’orientation de manière radicale. Il n’y paraît pas, mais cela reste tout de même une transition douce entre l’école et la vie active. Et les parents sont encore une fois précieux pour l’apprenti dans l’apprentissage de sa vie d’adulte. D’ailleurs, ils voient leur enfant grandir à vue d’œil ! Leurs échanges sont donc beaucoup plus riches et prennent une dimension professionnelle avec le temps. Bien entendu, après plusieurs années d’études, les parents peuvent se mettre un peu plus en retrait. Car en effet, leur enfant sera devenu un professionnel accompli avec leur participation. De fait, le savoir-faire et les compétences de leur enfant auront été cultivés main dans la main avec eux. Et ce sentiment du devoir accompli n’a pas de prix.

Rendez-vous sur www.urmapaysdelaloire.fr pour découvrir la formation en alternance.

La pratique est essentielle pour bien apprendre

L’apprentissage est la formation la plus professionnalisante qui soit. Pourquoi ? Parce qu’elle plonge les jeunes dans le monde de l’entreprise pendant leurs études. Et nous sommes très loin du stage photocopieuse ! En faisant partie intégrante de l’équipe en tant que salariés, les apprentis apprennent les gestes techniques de leur métier de façon efficace et pertinente. La pratique est donc au cœur de leur cursus, mais ce dernier ne laisse pas de côté l’enseignement théorique. Dans les Centres de Formation de l’URMA des Pays de la Loire, nos enseignants leur délivrent toutes les notions dont ils ont besoin afin de devenir des professionnels accomplis. Et le résultat est sans appel ! Selon les indicateurs de performance issus de la certification Qualiopi 2020, 89 % de nos apprentis se sont insérés professionnellement à la fin de leur formation.

Savoir-faire le bon geste
L’artisanat demande de la pratique pour être maîtrisé. Cependant, quand vient le moment de l’orientation, il est possible de choisir entre le lycée professionnel et l’alternance. Ces différentes modalités d’enseignement sont nécessaires afin que chacun puisse s’épanouir pendant ses études. Mais tous les jeunes savent qu’ils devront passer par l’apprentissage dès qu’ils auront la maturité nécessaire pour atteindre les objectifs de leur projet professionnel. C’est indispensable ! Et quant à eux, tous les artisans plébiscitent cette formation car il n’y a tout simplement pas d’autre moyen pour acquérir un savoir-faire convenablement. Qualité du geste, rapidité d’exécution, respect des délais… Parce que la pratique ne s’apprend pas dans les livres, il faut se confronter à la réalité du terrain pour se faire la main et prendre de la vitesse.

“Aujourd’hui on peut passer toute sa vie dans un bureau et passer à côté de sa vie.”

La théorie sur le bout des doigts
L’apprentissage souffre encore d’une mauvaise image parce que la pratique est privilégiée. On peut encore entendre dire que c’est une voie de garage réservée aux mauvais élèves… Et pourtant, c’est bien le contraire puisque les apprentis doivent mener de front leur travail en entreprise et leurs cours théoriques à l’école. Ils ont également du travail personnel à fournir avec des devoirs à rendre ! Leur courage est exemplaire et seule leur motivation peut les aider à réussir. Certains retrouvent même le goût d’apprendre en se plongeant dans un cursus qui correspond à leurs aspirations. En bref, tous les apprentis se révèlent pendant leur formation et deviennent de véritables professionnels dès l’obtention de leurs différents diplômes.

Professionnel dès l’obtention du diplôme
Dans les Centres de Formation de l’URMA des Pays de la Loire, nos apprentis peuvent passer 3, 4, voire 5 ans en apprentissage. De cette manière, ils parfont leur savoir-faire et complètent leurs compétences en intégrant plusieurs entreprises. Et quand ils décident d’achever leur cursus et qu’ils ont tous les diplômes dont ils ont besoin en poche, ils arrivent sur le marché de l’emploi avec un sérieux avantage. Quand les apprentis ne sont pas recrutés pendant leurs études, les chefs d’entreprise découvrent des professionnels dont le profil est très rassurant. Parce qu’ils n’ont pas besoin de formation supplémentaire pour être opérationnels à leur poste, ces jeunes trouvent un emploi très rapidement. Alors, pourquoi encore penser que le stage de fin d’étude est une voie rêvée pour accéder à un CDI ?

Rendez-vous sur www.urmapaysdelaloire.fr pour découvrir la formation en alternance.

Les débouchés de l’apprentissage

L’artisanat est extrêmement dynamique. Par conséquent, ces entreprises sont toujours en recherche de nouveaux talents. Et pourtant, le secteur peut souffrir de certains préjugés… Certains pensent que ce sont des métiers désuets ou sans avenir ! Mais pour ceux qui prennent le temps de découvrir la réalité sur le terrain, les malentendus sont vite dissipés. Alors, plutôt que de regarder vers les filières qui font rêver sur le papier, pourquoi ne pas se préoccuper de l’essentiel ? La réponse est évidemment simple, puisque l’épanouissement professionnel des jeunes est l’objectif le plus important de l’orientation. Dans les Centres de Formation de l’URMA des Pays de la Loire, nous constatons tous les jours que l’apprentissage est une voie royale pour entrer dans le monde du travail. Les métiers de l’artisanat sont nombreux, variés et parfois méconnus. De plus, ils ne sont pas réservés aux mauvais élèves, bien au contraire. Ils nécessitent un réel investissement de la part des apprentis pour devenir des professionnels accomplis.

Le boom de l’artisanat
La voie de la réussite semble toute tracée pour beaucoup de parents. Même si les perceptions changent depuis quelques années, le dogme de l’Éducation Nationale et de la filière générale reste très fort dans les esprits. Donc, pendant qu’un certain nombre de jeunes tentent de satisfaire des désirs qui ne sont pas les leurs, d’autres découvrent un secteur qui les passionne ! Et pour ne rien gâcher, ces métiers sont très porteurs. Avec le monde de l’artisanat, ils entrent dans la vie active en étant assurés de décrocher un emploi à la fin de leur formation, et souvent même avant. C’est bien la preuve que ces entreprises sont très dynamiques, puisqu’elles recherchent toujours de nouvelles personnes à former et à recruter. Afin de transmettre leur savoir-faire de la meilleure manière, les employeurs plébiscitent l’apprentissage. Ainsi, ils sont certains de former des professionnels qualifiés, ayant une vision actuelle du travail sur le terrain.

Aujourd’hui on sait que la voie de la facilité n’est pas celle que l’on croit.

L’efficacité de l’apprentissage
Cette filière est la formation la plus professionnalisante qui soit en France. D’ailleurs, elle connaît une très forte progression depuis plusieurs années, avec notamment une augmentation du nombre d’apprentis de +16% rien qu’en 2019. Pourquoi ? Parce qu’avec l’alternance, les jeunes obtiennent plus qu’un simple diplôme. Ils acquièrent un savoir-faire en étant immergés dans l’entreprise. Ainsi, 9 apprentis sur 10 trouvent un emploi suite à leur contrat. Parce qu’ils n’ont pas besoin de formation supplémentaire à la fin de leur cursus, parce que ce sont des professionnels accomplis ayant 3, 4 voire 5 ans d’études derrière eux… Ils sont capables d’assumer leur mission dès leur première embauche. Ainsi, les employeurs sont rassurés par leur profil. Ils ont bien plus de pratique qu’un jeune issu d’une formation continue. De fait, l’alternance permet de commencer sa carrière avec un sérieux avantage. 

La variété des métiers
Boulangerie, BTP, coiffure, restauration, métiers d’art… Tout le monde connaît les métiers de l’artisanat, parce qu’ils font partie du quotidien. Le succès de la pâtisserie ou de la cuisine, porté par les émissions de télé-réalité, n’est plus à prouver. Mais il existe une richesse de savoir-faire souvent méconnue. En allant sur les forums ou directement dans les collèges, les personnels de l’URMA des Pays de la Loire font tout pour les faire connaître. Car souvent, il suffit de les mettre en lumière de manière objective afin de susciter des vocations. La mécanique automobile, la gestion comptable ou la préparation en pharmacie représentent autant d’opportunités qu’il est possible de saisir via l’apprentissage. En bref, de nombreux métiers sont accessibles via l’alternance, mais encore faut-il en être informé.

Rendez-vous sur www.urmapaysdelaloire.fr pour découvrir la formation en alternance.

Les entreprises ont besoin des apprentis

Pourquoi continuer d’envoyer des élèves vers des études complètement bouchées ? La question peut sembler provocatrice, mais elle soulève un vrai problème. Les enjeux de l’orientation sont tellement forts pour l’épanouissement professionnel des jeunes, qu’il est nécessaire de s’interroger. D’un côté, il y a l’Éducation Nationale qui pousse les meilleurs éléments vers la filière générale sans se soucier des aspirations de chacun. D’un autre, il y a les entreprises artisanales qui ont plus que jamais besoin de bras agissants, comme de têtes pensantes. Pour quelle raison ? Parce que leurs savoir-faire se perdent… Ces derniers sont souvent méconnus, ou ont une mauvaise image dans l’esprit du plus grand nombre. Dans les Centres de Formation de l’URMA des Pays de la Loire, nous sommes persuadés que l’apprentissage a un rôle crucial à jouer pour aider les jeunes à trouver leur vocation, et surtout, à assurer leur avenir professionnel.

Le dynamisme de l’artisanat
Boulangerie, BTP, coiffure, restauration, métiers d’art… Le monde de l’artisanat et ses savoir-faire sont extrêmement variés. Il n’en reste pas moins que ces entreprises ont toutes quelque chose en commun. Elles sont toujours plus dynamiques que jamais. Rien que dans les Pays de la Loire, il y a 73 552 établissements artisanaux, avec une augmentation de 6,5% en 2020 ! Les TPE et PME qui constituent ce tissu y emploient tout de même 134 356 salariés. Ouvriers du bâtiment, boulangers, bouchers, coiffeurs, fleuristes, etc. Ces métiers cherchent des têtes pensantes qui innovent, révolutionnent et inventent de nouveaux modes de fonctionnement. Mais malheureusement, la plupart de ces savoir-faire peinent à séduire les jeunes… Parce que ces derniers ne sont pas assez informés et trop souvent orientés vers des filières prestigieuses qui cultivent la compétition.

“Parfois tout commence en poussant une porte… ou en claquant une porte.”

L’importance de la transmission
Même si les personnels de l’URMA Pays de la Loire font tout ce qui est en leur pouvoir pour informer et former, certains savoir-faire sont en perdition. De fait, les artisans expriment un très fort besoin de transmettre leurs techniques à une nouvelle génération. Et pour ce faire, ils plébiscitent l’apprentissage. Les entreprises ont besoin des apprentis pour avancer. Elles en ont conscience et sont prêtes à les former à leurs côtés afin de les préparer à répondre à leurs problématiques sur le terrain. C’est pourquoi l’apprentissage est la formation la plus professionnalisante qui soit ! Parce qu’elle permet de mettre en pratique, cette modalité d’enseignement suscite la curiosité et cultive l’intérêt des jeunes de la meilleure manière. Et il suffit de présenter ces métiers de façon simple et objective pour éveiller des vocations. 

Une solution pour l’emploi
Quand la compétition est trop forte dans certaines filières, c’est bien qu’il y a peu de postes à la clef. Une poignée d’élus arrive à s’en sortir, mais les autres ? Pour répondre à une pression familiale ou se conformer au carcan de l’Éducation Nationale, beaucoup de jeunes suivent la voie générale et s’y cassent les dents… Certains arrivent à rebondir mais en ayant perdu beaucoup de temps. Avec l’apprentissage, un jeune sait tout de suite s’il a fait le bon choix d’orientation. Et s’il s’épanouit dans le métier choisi, il peut être certain que son avenir professionnel est assuré. Pour compléter ses compétences, un apprenti peut rester 3, 4 ou 5 ans dans nos Centres de Formation. Et au moment de son arrivée sur le marché de l’emploi, il est certain d’être recruté… À moins que son maître d’apprentissage ne l’ait déjà fait. Donc, pour évoluer sereinement dans le monde du travail, autant se tourner vers les entreprises qui ont réellement besoin de main d’œuvre.

Rendez-vous sur www.urmapaysdelaloire.fr pour découvrir la formation en alternance.

Les premières semaines en apprentissage sont fondamentales

Quand un jeune se lance en apprentissage, son avenir professionnel est presque assuré. Parce qu’il a choisi un métier, parce que le savoir-faire artisanal l’anime, parce qu’il est immergé dans le monde de l’entreprise… Il met toutes les chances de son côté pour réussir. Cependant, la transition entre la vie scolaire et la vie active peut être compliquée pour certains. Quand on a seulement 15 ou 16 ans, il faut arriver à renoncer au doux rythme de l’école, pour embrasser celui plus dynamique de l’entreprise. C’est pourquoi les premières semaines en alternance sont décisives. En effet, car pendant cette courte période, l’apprenti est fixé très rapidement sur le bien-fondé de son choix d’orientation. Et donc, si le besoin se fait ressentir, il peut rebondir dans une autre voie sans perdre de temps. Pour passer ce cap quasi obligatoire, les parents ont un rôle crucial à jouer. Parce que sans soutien, beaucoup de jeunes pourraient renoncer… De fait, ceux-ci doivent prendre leur place de référent aux côtés de l’apprenti, au même titre que les professeurs et le maître d’apprentissage.

Un nouveau statut de salarié
Dans les Centres de Formation de l’URMA des Pays de la Loire, c’est la première chose dont les jeunes apprentis prennent conscience. D’ailleurs, les professeurs leur annoncent cela dès la rentrée. Du statut d’élève, ils passent maintenant celui de salarié. C’est la condition sine qua non pour commencer l’apprentissage d’un métier artisanal. Ils ont été recrutés par une entreprise afin d’acquérir un savoir-faire de la meilleure manière possible. De fait, ils doivent se plier à de nouvelles règles sensiblement différentes de celles de l’Éducation Nationale. Les 5 semaines de congés payés, la rémunération, les horaires… Tout cela peut se révéler difficile à digérer, mais bien entendu, la pratique d’un métier compense tous ces changements. En étant dans le concret, les apprenants s’épanouissent réellement et retrouvent le goût d’apprendre.

“Aujourd’hui on peut passer toute sa vie dans un bureau et passer à côté de sa vie.”

Une période décisive
Les premières semaines en entreprise sont très importantes pour l’apprenti. Au-delà de la construction de nouveaux repères, cela concrétise un choix d’orientation mûrement réfléchi. Le jeune n’idéalise plus un savoir-faire, il le vit au quotidien. Et donc, cette période lui permet de savoir très rapidement s’il a fait le bon choix d’orientation. L’apprentissage est assez radical par son approche immersive, mais cela fait gagner beaucoup de temps à l’apprenant comme à l’entreprise. Pas besoin de passer 4 ou 5 ans d’études avant de découvrir que le métier ne convient pas. Immédiatement, il est fixé sur son avenir professionnel. Et dans la plupart des cas, ils se lancent pour 2, 3, 4 voire 5 ans dans nos Centres de Formation afin de parfaire son savoir-faire, et d’arriver sur le marché de l’emploi en position favorable.

Un soutien essentiel
L’apprentissage est la formation la plus professionnalisante qui soit à l’heure actuelle, et c’est également grâce aux parents. En effet, ils occupent une place non négligeable dans les études de leur enfant et signent même leur contrat de travail. Donc, ce sont des référents qui soutiennent l’apprenti du début à la fin du cursus. Alors, dans les premières semaines comme les suivantes, il doivent être aux côtés de leur enfant afin de l’accompagner pendant son entrée dans la vie active. En parlant avec lui, en l’encourageant, en lui rappelant ses objectifs de départ… Ils peuvent l’aider à surmonter ses doutes. Ce sont donc des partenaires de valeur qui emmènent leur enfant vers sa passion, et par conséquent, qui confortent son avenir professionnel. Ainsi, l’apprenti n’est pas seul pour construire sa nouvelle vie en tant que salarié. 

Rendez-vous sur www.urmapaysdelaloire.fr pour découvrir la formation en alternance.